Pas si simple de se repérer de nos jours dans l’univers du coaching. En réalité, c’est assez simple, il ya les vrais et il y a les faux.

On ne devient pas coach du jour au lendemain simplement parce que les gens vous trouvent sympa, aiment discuter avec vous ou bien vous confient quelques secrets. C’est l’aboutissement d’un long processus, d’un développement personnel important pour acquérir toutes les qualités de base afin de devenir un bon coach. En clair, vous devez acquérir un niveau d’expertise, à défaut de compétence au début, dans la pratique du coaching avec des coachs certifiés, ce même niveau qui devra être validé par vos pairs. Dans cette condition vous pouvez devenir coach certifié par votre structure de formation.

De plus suivant la qualité des structures de formation et de leur reconnaissance, vous pouvez être coach avec un titre certifié au RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles). Concernant les coachs pour cette certification, elle correspond à un niveau licence, BAC + 3.

C’est un niveau de formation reconnu par l’état au travers de la formation professionnalisante. Cela atteste des garanties sur les aptitudes du coach à être opérationnel.

Nous voyons bien ici qu’être coach s’inscrit dans une démarche personnelle à vocation d’aide et d’accompagnement. C’est un investissement important dans la formation (personnel et financier) et dans le suivi, car un bon coach ne cesse jamais son apprentissage et se forme sans cesse aux nouvelles pratiques.

Cependant beaucoup de personnes usurpent le titre de coach dans une finalité purement mercantile en mentant ouvertement sur un soi-disant titre de coach. Ce constat est malheureux, terrible, car ces gens là véhiculent souvent une très mauvaise image sur la profession par leur incompétence. Dans certains cas ils peuvent même faire des dégâts en s’autorisant des pratiques qu’aucun coach digne de ce nom ne ferait. En effet certaines pratiques, souvent par méconnaissance, peuvent être plus destructives que bienfaisantes, donc, à l’opposé de la nature même de l’exercice du coaching.

Il est donc important, dans cet univers peu réglementé, de vous assurer du parcours de votre coach lors de votre choix, car, se faire coacher est une démarche personnelle vers un coach qui va vous aider et vous accompagner en visitant les grands domaines que sont, la résolution, la progression et l’élaboration de nouvelles stratégies (non limitatif).
Pour visiter ces domaines, le coach va s’appuyer sur sa formation, son expérience, ses expertises et va mettre à votre disposition une mallette à outils pour accélérer les processus de résolutions, de progression, de stratégie, etc. … Au travers d’un protocole spécifique il va cadrer le coaching en fonction des objectifs que vous vous êtes fixés au départ. Les choses n’étant pas figées, il se pourrait même que ces objectifs évoluent, ce serait même souhaitable. Nous voyons ici toute l’importance de choisir un coach certifié (RNCP) car c’est pour vous une garantie à minima de la prestation que vous recherchez.

Enfin, tous les coachs ne se valent pas et c’est normal. Cela ne signifie pas qu’il y a les bons et les mauvais. En fonction de leur parcours, du nombre d’années dans le coaching, s’il débute dans la profession ou non, de leur expertise, etc. …
Le mieux, et c’est une invitation, une recommandation, obtenez un entretien avec votre prospect coach, car c’est vous qui choisissez. Enfin n’oubliez pas que certains se spécialisent dans un domaine (life coaching, parental, de carrière, de projet, etc. … les spécialisations sont légions)

J’espère que cet article vous aura éclairé quelque peu sur le métier de coach et les précautions que je vous invite à prendre si vous désirez faire appel aux services d’un coach.